Les hommes ont d’abord dessiné le monde…

Au quatrième millénaire avant notre ère, en Mésopotamie (actuel Irak), quand il a fallu désigner des animaux ou des marchandises dans le cadre d’échanges commerciaux,  les premiers groupes humains organisés en cités états, les Sumériens, façonnèrent des bulles enveloppes et des calculi.

Puis ils tracèrent des signes sur des tablettes d’argile, à l’aide de stylets. Au fil du temps, ces signes évoluèrent et la première écriture naquit : L’écriture cunéiforme, ainsi nommée car l’utilisation d’un calame taillé en triangle formait des traits en forme de coins ou de clous. 

Ces tablettes ne comportaient que des comptes de commerçants. Il aura fallu plusieurs siècles avant que de simples traits deviennent une véritable écriture.

Les prémices de l’écriture dans d’autres civilisations que la nôtre

L’Egypte

D’autres hommes, en d’autres lieux, peignirent ou gravèrent des hiéroglyphes pour transmettre la parole divine. En Egypte, vers la fin du 4e millénaire avant notre ère,  des pictogrammes représentant des choses ou des êtres ou des idéogrammes exprimant des idées, des phonogrammes exprimant des sons ainsi que des déterminatifs, signes permettant de savoir de quelle catégorie de choses ou d’êtres il était question, composèrent cette écriture complexe.

Selon les Egyptiens, c’est le dieu Thot qui aurait créé l’écriture puis en aurait fait cadeau aux hommes.  Ils  s’appliquèrent à transcrire leur histoire sur la pierre, l’argile ou le papyrus, ils établirent des listes de leurs souverains, racontèrent des événements importants, des mariages royaux ou des batailles.

Cette écriture se transforma en deux écritures cursives. L’une était destinée à l’usage littéraire, scientifique ou religieux, c’est l’écriture hiératique. La seconde, l’écriture démotique, largement utilisée dans la vie quotidienne, est devenue très cursive et a perdu le caractère figuratif des hiéroglyphes.

À la différence de l’écriture cunéiforme austère, géométrique et abstraite, l’écriture hiéroglyphique est fascinante et poétique. Elle est composée de dessins stylisés : têtes humaines, oiseaux, animaux, plantes et fleurs.

 

Sources:
wikipedia / passio-egypte.fr / museedelhistoire.ca / interlignesblog.wordpress.com / slydeplayer.fr / lens-art-et-foi.com

 

© 2019 – Plumes et Calames asbl, tous droits réservés.